Pour cette année 2018, le secteur de l’édition de logiciels pourrait générer plus de 5000 emplois. Pourtant, plus de 60% des entreprises estiment qu’il est très difficile de recruter les profils d’éditeurs de logiciels compétents. En effet, la demande est très forte, mais les compétences sont assez rares sur le marché. De plus, le secteur de l’informatique et des nouvelles technologies est celui qui recrute le plus. On estime que d’ici 2020, le secteur pourrait embaucher 13.000 personnes.

Embauche à tour de bras

Comme durant les années précédentes, il faudra s’attendre que le secteur de l’édition de logiciel de gestion LBM. Les startups qui émergent embaucher beaucoup de personnes dans le développement de logiciels et de solutions digitales. Mieux, ces entreprises ne vont pas seulement répondre à la demande domestique, celle-ci étant tirée par la transformation numérique des entreprises.

Lire également : Choisir son agence web, un exercice délicat

En effet, à l’image de Criteo et de Talend, la plupart de ces entreprises vont attaquer le marché international en recrutant des développeurs en France. Cerise sur le gâteau de plus en plus de géants du monde technologiques s’installent en France, notamment dans les laboratoires R&D.

Néanmoins, la pénurie guette toujours le secteur et on estime que la plupart des entreprises ont du mal à recruter des profils qualifiés. D’ailleurs, plus de 85% d’entre elles ont du mal à trouver des profils technologiques. Elles se lamentent aussi des difficultés à recruter des profils de commerciaux qui sont aptes à plonger vraiment dans le côté technique des produits.

A lire aussi : Avily : pépite de la French Tech

La solution : généraliser l’apprentissage numérique

Pour attirer davantage de talents vers ses métiers, les géants du numérique appellent le gouvernement à généraliser ce qui fonctionne déjà dans le secteur. Du coup, l’apprentissage va permettre de faire découvrir aux étudiants le secteur de l’édition de logiciels dans n’importe quel domaine : santé, éducation, agroéconomie, etc. Par la suite, ils pourront s’autonomiser afin de produire des logiciels utiles à leur société.

Par ailleurs, il faut dire que l’étude permet de souligner la réussite du label Grande École du numérique, environ 3 ans après sa création. Dès lors, lorsqu’il s’agira de chercher un technicien, il sera plus facile de se tourner vers ces types d’expertises.

En en attendant, le secteur de l’édition de logiciels français est en plein ébullition et on s’achemine clairement vers ce qu’il y a de mieux en Europe, derrière des pays comme l’Allemagne.