Rançongiciels : seules 8% des entreprises récupèrent leurs données

Rançonlogiciel

Touchant les organisations et les entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d’activité, les rançongiciels sont devenus des menaces omniprésentes. Et si ce type de cyberattaque exige une rançon en échange de la récupération des données de la société, une récente enquête, réalisée par Sophos, vient de démontrer que seules 8% des entreprises ont réussi à restaurer les leurs.

La récupération des données loin d’être garantie

Si vous avez l’habitude de trader des cryptomonnaies via un broker trading forex, sûrement savez-vous également, que cette devise numérique, à l’instar du Bitcoin, constitue souvent le moyen de rançon exigé par les rançongiciels, ces cyberattaques touchant fréquemment les entreprises.

Lire également : Comment assurer une meilleure gestion des congés ?

Et si la récupération des données  est généralement promise en échange du paiement de la rançon, un rapport intitulé «The State of Ransomware 2021 » réalisé par la société de sécurité Sophos, vient de démontrer que cela est loin d’être le cas pour la majorité des entreprises victimes de ce ransomware.

« Verser une rançon n’est pas la solution gagnante »

En effet, si l’étude révèle que les cybercriminels parviennent à chiffrer les données d’une entreprise dans plus de 60 % des cas d’attaques par rançongiciels,  seules  8 % des entreprises ayant versé une rançon, ont pu restaurer l’ensemble de leurs données.

A lire en complément : Berlin : un environnement favorable aux start-ups et à l’innovation

De même, si en France, 25 % des entreprises se disent prêtes à payer une rançon, le chiffre des récupération de données est encore plus faible que dans le reste du monde. L’enquête révèle ainsi que moins d’une entreprise française sur dix (6%), est parvenue à restaurer les siennes. Pour les enquêteurs de Sophos, « verser une rançon n’est donc vraiment pas une solution gagnante ».

De bonnes pratiques pour anticiper la menace

Bonne nouvelle toutefois, le rapport révèle également que le nombre de ce type d’attaques est en diminution en comparaison à l’année 2020. Ainsi, en France, le nombre d’entreprises victimes d’attaques par ransomware est passé de 52 % en 2020, à 30 % en 2021.

Reste que pour être sûr de conserver ses données, la meilleure méthode reste d’anticiper la menace. Et pour cela, de nombreuses bonnes pratiques existent. Les entreprises sont notamment encouragées à effectuer des sauvegardes de leurs données et à en faire une copie hors ligne, mais aussi à déployer une protection en couches afin de bloquer les attaquants à un maximum d’étapes possibles au sein de l’infrastructure, ou encore à utiliser des technologies anti-rançongiciels.

Enfin, il est également recommandé d’éviter de payer la rançon en cas d’attaque, sachant que la récupération des données n’est pas garantie, mais aussi de mettre en place un plan de reprise d’activité.